Accueil
 
  Abénaquis
  Cris
  Mohawks
  Algonquins
  Hurons-Wendat
  Innus
  Atikamekw
  Malécites
  Naskapis
  Micmacs
Inuit


Contact
English

 

 

 

 

 

 

 

 


aborignal directories

Inuit

Au Québec, les Inuit habitent un vaste territoire de toundra situé au nord du 55e parallèle aujourd'hui dénommé le Nunavik. La population se répartit dans 14 villages comptant chacun entre 160 et 1 400 habitants. Ces villages, distants de plusieurs centaines de kilomètres les uns des autres, sont situés sur les littoraux de la Baie d'Hudson (Kuujjuarapik, Umiujaq, Inukjuak, Puvirnituq, Akulivik), du détroit d'Hudson (Ivujivik, Salluit, Kangipsujjuaq, Quaqtaq), et de la Baie d'Ungava (Kangirsuk, Aupaluk, Tasiujaq, Kuujjuaq et Kangiqsualujjuaq). De plus, une soixantaine d'Inuit vivent à Chisasibi, un village cri de la Baie-James.

Les Inuit possèdent un territoire de chasse et de pêche traditionnel dénommé le Nunavik, d'où l'origine de l'appellation. Il fut peuplé par les ancêtres des Inuit actuels, originaires de Sibérie et de l'Alaska, au tout début du peuplement humain du Grand nord Canadien et Québécois qui s'est fait par vagues successives. Nomades, ils ont poursuivi leurs troupeaux et ont habité et exploité progressivement leurs territoires actuels.

Vers l'an 1400, les baleiniers et les explorateurs européens ont commencé à fréquenter la région et ont pris contact avec les Inuit lors d'échanges commerciaux. C'est alors que s'amorce, aux XVIIIe siècle, un tournant décisif dans le mode de vie des Inuit avec l'intensification du commerce des fourrures. Au début du XXe siècle, les Inuit abandonnent leurs armes de chasse traditionnelles au profit des fusils, et ils utilisent de plus en plus les produits troqués aux postes de traite. Les ser-vices gouvernementaux commencèrent à s'implanter graduellement vers les années 50 au Nord du 55e parallèle.

Aujourd'hui, quoique la motoneige et la maison aient remplacé le traîneau à chien et l'igloo, les Inuit tiennent à conserver leurs valeurs, leur langue et leur culture. La langue des Inuit, l'inuktitut, est une langue riche et souple, capable de s'adapter aux réalités contemporaines. La langue seconde des Inuit est l'anglais.

Les Inuit sont également signataires de la Convention de la Baie James et du Nord Québécois qui leur confère l'autonomie administrative de leurs communautés. De nouvelles structures sont mises sur pied et régissent les secteurs de la santé, de l'éducation et des services sociaux. La société Makivik joue un rôle actif dans le développement socio-économique de la région. Les services municipaux sont fournis par des corporations de villages nordiques, dont le fonctionnement est semblable à celui de nos municipalités. L'Administration régionale Kativik a son siège social à Kuujjuaq et chapeaute l'ensemble des municipalités nordiques.

Les Inuit ont renforci leur prospérité économique à l'aide notamment de la mise sur pied des coopératives, devenues aujourd'hui une des bases de leur développement et de leur autonomie économique. Le mouvement coopératif, amorcé vers la fin des années 50, a joué un rôle majeur dans l'évolution de l'histoire des Inuit. Il a permis de contrôler une grande partie des activités commerciales sur leur territoire et a ouvert aux artistes et aux artisans inuit la voie aux marchés internationaux. Il y a aujourd'hui des magasins coopératifs dans 13 des 14 villages inuit.

L'économie inuite repose également sur des entreprises reliées aux domaines du transport (aérien), des services, de l'administration ainsi que du tourisme. Les Inuit ont perfectionné, au cours des siècles, la fabrication d'objets utilitaires en pierre, en bois, en os et en ivoire. À l'heure actuelle, les objets d'arts de facture Inuit ont acquis une renommée internationale; notamment leur sculpture de stéatites, qui sont devenues leur marque de commerce mondiale.